Vère les Arts

Accueil > Lesarthèque > 2015 > "Du vécu à la fiction"


Frédérique Martin

Zip - 141.8 ko
Zip - 94.1 ko

"Du vécu à la fiction"

Poèma

A l’an novèl

E vaquí que d’ombras estranhas montan dels cementèris deslembrats !Retour ligne automatique
N’i a pro de mots pas diches e d’autres estofats,Retour ligne automatique
N’i a pro d’intolerància, de fèstas tròp brusentas,Retour ligne automatique
Pro de discorses enganairesRetour ligne automatique
E de paurs.

Avèm abenat los patiments de la crenhença, los del deslembrièr,Retour ligne automatique
E del renonciament,Retour ligne automatique
Del sacrifici inutil de las marcas nòstras, de la pèrdia de las valors de generositat,Retour ligne automatique
Quitament de la lenga nòstra,Retour ligne automatique
Destins perduts al cors dels sègles, ont manejar lo glasi auriá servit a pas res.

Nos vaquí ara sens cap de paur per nòstras vidas, per los bens derisòris,Retour ligne automatique
Traversant en plen jorn los lums artificials tròp cruses que s’aganisson de per eles,Retour ligne automatique
Los darrièrs arguments tròp vuèjes,Retour ligne automatique
Per reprene lo cors luminós de nòstre destin interromput,Retour ligne automatique
Amb coma sola armadura la poténcia dels mòts,Retour ligne automatique
Los mòts de vertat, de tolerància, de bravariá,Retour ligne automatique
Eretats d’aqueles sègles de glòria naissenta,Retour ligne automatique
Mòts frachats mas pas anientats,Retour ligne automatique
Descubrits jos la mofa de las pèiras e dins l’arma occitana,Retour ligne automatique
Sordressent aicí e alà coma folets e luses de fèstas,

Inamorçables.

Escritch lo primièr de genièr 2016

A l’an nouveau 2016

Et voici que des ombres étranges s’élèvent des cimetières oubliés !Retour ligne automatique
Assez de non-dits et de mots étouffés,Retour ligne automatique
Assez d’intolérance, de fêtes trop bruyantes,Retour ligne automatique
Assez de discours trompeurs, Retour ligne automatique
Et de peurs.

Nous avons épuisé les souffrances de la crainte et celles de l’oubli,Retour ligne automatique
Du renoncement à nous-mêmes, Retour ligne automatique
Du sacrifice inutile de nos repères, Retour ligne automatique
De la perte de nos valeurs généreuses, Retour ligne automatique
De notre langue même, Retour ligne automatique
Destins perdus au cours des siècles où manier le glaive n’aurait servi à rien.

Nous voici maintenant sans crainte pour nos vies, pour nos biens dérisoires,Retour ligne automatique
Traversant en plein jour les lumières artificielles trop crues, s’épuisant d’elles-mêmes, Retour ligne automatique
Les derniers arguments trop creux,Retour ligne automatique
Pour reprendre le cours lumineux de notre destin interrompu,Retour ligne automatique
Avec pour seule armure la puissance des mots, Retour ligne automatique
Les mots de vérité, de tolérance, de bravoure, Retour ligne automatique
Hérités de ces quelques siècles de gloire naissante,Retour ligne automatique
Brisés mais pas anéantis,Retour ligne automatique
Découverts sous la mousse des pierres et dans l’âme occitane,Retour ligne automatique
Feux follets ça et là jaillissant et lumières de fête,

Inextinguibles.


Association Vère Les Arts - Espace 2jol - Place de l'Hopital
81140 CASTELNAU DE MONTMIRAL